Canada 2015 : Intentions de vote au Canada

Alors que certains leaders syndicaux lancent des mots d’ordre pour encourager leurs membres à voter contre les Conservateurs, il semble qu’une proportion importante de ceux-ci ne suivra pas le mot d’ordre : 38% des syndiqués sont satisfaits du travail du gouvernement de Stephen Harper, une proportion identique à la moyenne nationale de tous les électeurs.

Les intentions de vote fédérales demeurent relativement stables, le paysage s’assombrit quelque peu pour Justin Trudeau. 

En date du 2 février 2015, 35% des électeurs auraient voté pour les libéraux de Justin Trudeau, alors que 32% opteraient pour les Conservateurs du premier ministre Harper et 20% pour le NPD de Thomas Mulcair. Ces chiffres sont, à un point près, similaires à ceux de novembre 2014 avant la pause des fêtes.

D’un point de vue régional, nous voyons 1) que les libéraux maintiennent leur avance importante sur les Conservateurs dans les provinces Atlantiques; 2) que le NPD ne mène que par deux points sur les libéraux au Québec; 3) que la course sera très serrée en Ontario alors que le NPD continue d’y perdre des appuis; 4) que le Manitoba, la Saskatchewan et l’Alberta sont toujours fidèles aux Conservateurs et ce, de façon convaincante; et 5) qu’une course à trois se dessine en Colombie-Britannique. Quant au taux de satisfaction à l’égard du gouvernement de Stephen Harper, il demeure inchangé à 38%, alors que 55% se disent insatisfaits.

Si les intentions de vote et le taux de satisfaction sont au beau fixe, les données sur les chefs bougent tout de même. Quand il leur est demandé d’indiquer qui ferait le meilleur premier ministre du Canada, Justin Trudeau passe de 28% (novembre) à 23% (février), alors que le premier ministre Harper demeure stable à 25%. Si la différence entre les deux principaux chefs n’est pas statistiquement significative, symboliquement, il s’agit de la première fois depuis qu’il est devenu chef des libéraux que Justin Trudeau n’est pas au premier rang sur cette question. Les résultats de Thomas Mulcair demeurent bons au Québec, mais il est en zone dangereuse en Ontario et dans l’Ouest canadien.

Un élément intéressant de ce nouveau sondage a été de regarder les différences dans les intentions de vote selon qu’une personne travaille dans le secteur public ou le secteur privé et que cet individu soit syndiqué ou non. Les résultats sont très révélateurs. Les résultats pour les libéraux sont stables, peu importe le secteur d’emploi ou l’affiliation à un syndicat. C’est quand nous regardons les résultats pour les Conservateurs et le NPD que les résultats parlent le plus.

 

1.
Le quart (24%) des employés syndiqués ont l’intention de voter pour les Conservateurs, quitte à déplaire à leurs dirigeants syndicaux. Dans un climat de restrictions budgétaires et de mises à pied dans la fonction publique fédérale, le quart (25%) des employés du secteur public au Canada voteraient aussi pour les Conservateurs. Enfin, 22% des travailleurs syndiqués du secteur public appuieraient le parti de Stephen Harper. Près du tiers (31%) des syndiqués du secteur privé favoriseraient aussi les Conservateurs.

 

2.
Seulement 23% des syndiqués voteraient pour le NPD selon notre sondage. Étant donné la longue tradition de proximité entre ce parti et le mouvement syndical, il ne s’agit pas d’une bonne nouvelle pour ce parti.

Cliquez ici pour lire le rapport complet incluant les résultats détaillés.  

Christian Bourque

Christian Bourque, vice-président exécutif et associé chez Léger, possède 20 ans d’expérience en recherche, opinion publique et en marketing. M. Bourque qui siège actuellement au conseil d’administration de l’Association de la recherche et de l’intelligence marketing est un professionnel agréé en recherche marketing (PARM) et y enseigne la segmentation du marché, des techniques statistiques avancées et de la recherche en ligne. M. Bourque a également préparé de nombreux affidavits et a témoigné dans différents tribunaux où le sondage est utilisé en preuve.

Sébastien Dallaire

M. Dallaire est vice-président aux affaires publiques chez Léger. Sébastien possède plus de 15 ans d’expérience dans la recherche en opinion publique et est un analyste en opinion publique très respecté, collaborant régulièrement avec les principaux médias provinciaux et nationaux. Sébastien compte également sur de nombreuses années d’expérience en enseignement des méthodes de recherche au niveau universitaire et se veut un méthodologue prisé pour les plus importants clients de Léger. M. Dallaire s’est vu décerner plusieurs bourses de recherche et distinctions académiques prestigieuses et a publié des articles de recherche universitaire dans les deux langues officielles.

Retour aux publications