Le Canada a changé le 22 octobre. Les Canadiens aussi ont changé. Mais les événements ont-ils changé leurs intentions de vote?

Les événements horribles de St-Jean-sur Richelieu et d’Ottawa le mois dernier auront un impact sur important sur les Canadiens. Pour la première fois, le Canada a été directement menacé et a été ensuite la cible d’attaques de nature terroriste. Pendant que nous réfléchissons sur les impacts à long terme de ces événements, nous pouvons, en tant que sondeurs, répondre à une question plus simple : est-ce que ces événements ont eu un impact sur les intentions de vote des Canadiens ? Autrement dit, si les Canadiens sont généralement d’accord pour dire que ces attentats sont de nature politique, ont-ils eu un impact PARTISAN ?

Notre réponse la plus simple est: pas vraiment.

Si nous comparons nos intentions vote du 16 octobre à ceux du 6 novembre dernier (toutes les entrevues ont eu lieu après le 22 octobre), les intentions de vote n’ont pas changé de façon significative. De petits changements nous suggèrent toutefois que la course est plus serrée que jamais (voir document joint).
Quelques précisions :

a. Le 16 octobre dernier, les libéraux avaient une avance de 5 points (37% contre 32%) sur les conservateurs, alors que le NPD obtenait 21%. Une course déjà serrée, où les libéraux étaient largement en avance dans les provinces atlantiques et en avance sur les néo-démocrates au Québec. À l’ouest de l’Ontario, les conservateurs avaient une avance importante, alors que les libéraux détenaient une courte avance en Ontario. Étant donné l’importance de l’Ontario en nombre de sièges, nos intentions de vote nationales ne pouvaient que donner un résultat global assez serré.

b. En date du 6 novembre, l’avance libérale n’est plus que de 3 points (36% à 33%) à l’échelle canadienne. Désormais, les deux grands partis sont à l’intérieur de la marge d’erreur. Ce n’est pas un changement majeur… mais un changement tout de même.

c. La plus grande part de ce changement est le résultat de changements dans les provinces atlantiques et au Québec. Dans le premier cas, les libéraux demeurent largement favoris, alors que dans le second, l’avance des libéraux est contre les néo-démocrates, alors que les conservateurs demeurent loin derrière à 19%. Changements de proportions, donc, il n’est pas évident que cela se traduira par des changements de sièges.

d. En Ontario, l’avance des libéraux est toujours de 5 points (40% contre 35%) alors que ce sont les néo-démocrates qui ont régressé.

Jusqu’à maintenant, alors que les Canadiens se questionnent sur le rôle du Canada dans le monde, l’endroit où ils mettraient leur « x » sur le bulletin de vote n’a que très peu bougé.

Cliquez ci-dessous pour accéder au contenu du pdf.
Retour aux publications