Les tendances en matière d’épicerie en ligne

En 2015, la planification des repas est un art complexe qui demande de la réflexion et de l’organisation. Il n’est donc pas étonnant que le Web ou la mobilité jouent un rôle dans les visites à l’épicerie d’un grand nombre de consommateurs. Plus de 40% des adultes américains utilisant Internet disent consulter des circulaires et chercher des coupons et des recettes en ligne avant de faire leur épicerie. Aussi, 66% des Américains utilisant un téléphone intelligent affirment s’en servir dans le cadre de leurs achats alimentaires (eMarketer, 2014).

Ces données semblent indiquer que l’épicerie en ligne est la suite logique des choses. Or, les consommateurs ne sont pas prêts. Seulement 11% des internautes américains font leur épicerie en ligne (eMarketer, 2014). Notons qu’au Québec, IGA est le seul joueur de l’industrie permettant l’achat de produits en ligne. Dans ce contexte, comment les épiceries peuvent-elles optimiser graduellement l’expérience de leurs clients grâce au Web et à la mobilité ?


La mobilité et la liste d’épicerie

La plupart des visites au supermarché sont guidées par une liste mentale, papier ou virtuelle. Selon une étude rapportée par eMarketer (2014), 88% des Américains qui utilisent un téléphone intelligent disent faire une liste d’épicerie. Sachant que les consommateurs consultent le Web avant d’effectuer des achats au supermarché, qu’ils utilisent leur téléphone en cours de route et que la plupart d’entre eux font une liste, l’opportunité est claire. Il serait sans doute profitable pour les épiceries d’offrir une application mobile à leurs clients leur permettant de construire une liste en fonction de leurs besoins à partir des produits disponibles en magasin. Cette liste pourrait être consultée sur place avec un appareil mobile.


Une expérience multicanale

Pour qu’une application soit intéressante pour le consommateur dans le contexte de l’épicerie, elle doit permettre un gain en efficacité. En effet, pour 55% des mobinautes américains, le principal frein à l’utilisation d’une application liée à l’épicerie est la crainte de ralentir le processus plutôt que de l’accélérer (eMarketer, 2014). En misant sur une expérience multicanale qui intègre toutes les étapes d’une visite à l’épicerie, il est possible de contrer cette barrière grâce en rendant chaque visite à l’épicerie plus efficace. Voici comment cela pourrait se traduite concrètement:

 

1.
Avant : Le consommateur effectue une recherche sur le site Web de son épicerie pour trouver des recettes à réaliser, des coupons rabais et prendre connaissance des promotions en cours. Cela lui permet de choisir les produits qu’il souhaite acheter et de créer sa liste d’épicerie directement sur le site.

 

2.
Pendant : Une fois en magasin, le consommateur consulte sa liste sur l’application mobile de son épicerie. En utilisant cette application, il est en mesure de s’orienter dans les allées via la géolocalisation, recevoir des promotions spéciales, obtenir de l’information supplémentaire sur les produits et d’utiliser le paiement mobile.

 

3.
Après : Les préférences d’achat du consommateur sont analysées afin de personnaliser son expérience lors de sa prochaine épicerie. Il en résulte un gain en efficacité.

L’orientation multicanale permet donc une synergie entre les plateformes ainsi qu’entre le Web et l’expérience en magasin. Cela est profitable pour l’épicerie, qui met de l’avant ses produits tout au long du processus, et pour les consommateurs, qui peuvent être plus efficaces au supermarché. Cette approche est une façon de préparer le marché graduellement au développement des épiceries en ligne au Canada. En considérant la complexité d’implantation d’un tel système pour des produits frais, il s’agit d’un pas majeur pour l’industrie qui risque de se faire en plusieurs étapes (Mulpuru, Freeman et Geldern, 2013). La mobilité en est une.


Sources :

Garcia, Krista (2014). « Supermarkets and Mobile: Satisfying Grocery Shoppers’ App-etites », rapport, eMarketer.


eMarketer (2014). « Digital Grocery Shopping Activities Conducted by US Internet Users », [graphique].


Mulpuru, Sucharita, Freeman, Patti et Kate van Geldern (2010). « Who Buys Groceries Online And Why », rapport, Cambridge, Forrester Research, 11p.


Orsini, Patricia (2014). « Brands Go Mobile in the Grocery Aisle: Closing the Loop Between Awareness and Purchase », rapport, eMarketer.

Amélie Bériault-Poirier, Analyste, imarklab

Amélie Bériault Poirier est analyste chez imarklab, une firme de recherche en marketing interactif partenaire de Léger. Elle détient un baccalauréat en administration des affaires et est en voie d’obtenir sa maîtrise en marketing de HEC Montréal. Dans le cadre de son mémoire, elle s’est intéressée au comportement des consommateurs sur les médias sociaux visuels, tels que Pinterest, et au rôle potentiel de ces plateformes dans le processus décisionnel d’achat. Elle a ainsi acquis une connaissance approfondie du comportement des consommateurs sur le Web et des méthodologies de recherche en marketing.

Retour aux publications