Un Black Friday qui met les commerçants dans le rouge ?

En 2008, lors du Black Friday aux États-Unis, un employé d’un Walmart perd la vie et une femme enceinte est hospitalisée pour des blessures graves. Chaque année, plusieurs consommateurs sont blessés lors du vendredi noir.

C’est la ruée vers les soldes, mais à quel prix ? 

Devant l’ampleur du phénomène et l’augmentation de la concurrence, les magasins ouvrent de plus en plus tôt; le Black Friday commence maintenant le jeudi. C’est l’apparition des « doorbusters » pour gonfler les files d’attente et donner un effet wow

Le Cyber Monday voit le jour en 2005 afin de récupérer des ventes non réalisées du Black Friday. C’est au tour des commerçants électroniques de bombarder les consommateurs avec des promotions alléchantes.

L’ombre du Black Friday au Canada

Si au départ le Black Friday et le Cyber Monday sont des artéfacts de la culture américaine, ces deux traditions des Fêtes sont présentes au Canada depuis plusieurs années. C’est en 2007 que le réveil se fait. Avec un dollar au pair, les douanes sont prises d’assaut la veille du Black Friday avec des milliers de Canadiens qui se rendent aux États-Unis pour profiter des aubaines. Au tournant des années 2010, au Canada, on commence à observer ce qu’on appelle l’ombre du Black Friday, c’est-à-dire une baisse de l’achalandage dans les magasins canadiens durant la première semaine de décembre. À partir de là, les détaillants canadiens ont emboîté le pas de façon massive.

L’an dernier, selon DIG360, 51 % des acheteurs canadiens ont magasiné durant le Black Friday et la majorité (44 % en 2015 comparativement à 25 % en 2014) ont fait des achats ! Il s’agit d’une année record. De plus, la part des Canadiens qui ont profité du Cyber Monday a doublé depuis 2014. Ce qui est intéressant, c’est qu’on estime que la dépense totale des ménages canadiens pour Noël 2015 était en baisse de 7 % comparativement à 2014. 

Qu’est-ce qui explique ce succès

Le Black Friday dure plus d’une semaine

À présent, le Black Friday commence le jeudi et les rabais peuvent durer plus d’une semaine ou jusqu’à épuisement des stocks. Avec l’ajout du Cyber Monday, le consommateur peut bénéficier de rabais pendant plus de 10 jours.

La popularité du commerce en ligne

La perception est souvent que le prix est meilleur en ligne (merci Amazon). Les consommateurs sont de plus en plus nombreux à se tourner vers le commerce en ligne. D’ailleurs, 69 % des consommateurs du Black Friday prémagasinent ou achètent en ligne.

Un cadeau de moi à moi

46 % des acheteurs du Black Friday ou du Cyber Monday se sont fait eux-mêmes un cadeau. Ce n’est plus juste pour les achats de Noël. 

Cette popularité est-elle garante de succès pour les consommateurs … ou pour les commerçants ?

Pour les consommateurs, les gains sont de plus en plus limités comparativement aux années passées :

  • Le Black Friday a créé cette spirale des soldes en permanence, resserrant ainsi les écarts de prix. 
  • Les bons coups se font surtout sur certains produits électroniques et jouets, alors qu’il n’y a pas de vraies aubaines pour les produits culturels, les voyages, les meubles, les vêtements (Cyber Monday oui, mais pas Black Friday), ou pour les marques haut de gamme.
  • Il faut savoir magasiner. Par exemple, si vous cherchez un produit Apple, ils ne seront pas en solde au Apple Store, mais peut-être chez certains revendeurs (il faut vraiment aimer comparer les sites Web avant d’acheter).
  • Ceux qui cherchent pour eux-mêmes prennent souvent la chance (et avec raison) d’attendre Boxing Day… qui est devenu Boxing Week. Pour les vêtements de saison … janvier est le nirvana du chasseur d’aubaines.
  • Pour en profiter, il faut aussi savoir quelles sont les meilleures aubaines du Black Friday et du Cyber Monday, car ce ne sont pas les mêmes !

Et pour les commerçants ?

Sur une courte période, on peut parler d’un « match nul ».

On ne fait que déplacer l’achalandage (on le mentionnait plus tôt, en deux ans, la dépense double pour le Cyber Monday alors que la dépense totale des ménages a baissé de 7 %). Au tout début, on souhaitait créer un engouement autour de certains produits en étant très agressif sur le prix, mais très pingre sur les quantités. Cette création de « fausse rareté » a fonctionné un certain temps, mais n’est plus vraie depuis l’arrivée des Amazon, Ebay ou Alibaba. On estimait à tort qu’en forçant les gens à dépenser plus tôt, ils dépenseraient plus.

Si vous manquez le Black Friday ou le Cyber Monday cette année … Dites-vous que vous aurez la chance de retrouver le même produit à un prix identique, si vous vous donnez la peine de le magasiner plus tard.

DIG360. (2015). DIG360 — NRG Research Survey: Canadian Black Friday Popularity Surge, Alberta Shoppers Step Back, Self-Gifting, Boxing Day Intentions, More. Repéré à : http://www.marketwired.com/press-release/dig360-nrg-research-survey-canadian-black-friday-popularity-surge-alberta-shoppers-step-2080826.htm

Retour aux publications