Les milléniaux et la génération Z craignent l’avenir

« Chaque génération est un peuple nouveau », dit le dicton. Ce sont ces peuples nouveaux aux valeurs et préoccupations distinctes que l’étude Jeunesse décortique année après année pour aider les organisations à parfaire leur compréhension et leur relation avec les jeunes générations.

Nos sondages l’indiquent : l’appartenance à une génération est bien souvent le facteur le plus probant pour déterminer des comportements. Voilà pourquoi l’étude Jeunesse constitue un outil essentiel pour les organisations.

La première section de notre analyse s’intéresse à la citoyenneté des jeunes générations à l’aube de l’année 2022. Construite à partir d’une quinzaine de questions, elle tente de définir la constitution du jeune citoyen.

Crise de l’avenir

Qu’il soit de la génération Z ou Y, le jeune citoyen exprime une véritable crainte vis-à-vis son avenir personnel et collectif. C’est l’un des constats majeurs de notre étude. Dans un contexte de pandémie, ce « pessimisme générationnel » s’aggrave d’année en année. Effectivement, ils sont 66% à croire que, malgré une année 2021 difficile, la situation économique canadienne ne va pas s’améliorer en 2022. Ce n’est guère mieux au niveau de leurs finances personnelles : 62% ne croient pas que leurs finances personnelles connaîtront une croissance en 2022, en dépit du fait que leur jeune âge fait en sorte que chaque année marque potentiellement une croissance de leur statut socio-économique. Plusieurs (53%) craignent une relégation sociale, c’est-à-dire qu’ils seront plus pauvres que leurs parents au cours de leur vie. On ne peut être surpris, en conséquence, que 56% de la génération Z et Y estiment faire partie d’une génération désavantagée par rapport aux autres.

Sur le plan social et environnemental, la situation suit la même tendance. 77% ne croient pas que la situation politique va s’améliorer au Canada en 2022, tandis que 79% estiment la même chose pour la situation environnementale.

De manière générale, comment croyez-vous ... va évoluer dans la prochaine année?

Nous faisons face à deux jeunes générations à la fois inquiètes et résignées quant à l’amélioration du monde à court, moyen et long terme. Bien sûr, cela entraîne des conséquences sur la façon dont les Z et les milléniaux conçoivent le marché de l’emploi et de la consommation. Les jeunes citoyens ont besoin de croire en ce qu’ils font et en ce qu’ils achètent.

Méfiance envers les institutions

Le pessimisme face à l’avenir s’accompagne d’une méfiance envers les institutions.

De façon générale, faites-vous confiance aux institutions suivantes?

Au bas de cette liste, la confiance envers les grandes entreprises se situe à seulement 32%, même si une majorité d’entre eux y travaille. La confiance envers les gouvernements s’élève à seulement 43%. À l’inverse des baby-boomers qui ont intégré les institutions en place pour s’enrichir et mener une vie confortable, les membres des jeunes générations n’ont pas l’impression que les leviers institutionnels pourront leur permettre d’améliorer leur sort. L’érosion de leur confiance envers elles démontre davantage que pour les Z et les milléniaux, les différentes institutions peuvent représenter un frein à leur développement. Elles sont considérées comme trop lourdes, trop hiérarchiques, et porteuses, pour beaucoup, d’inégalités et de discrimination.

Pour toute entreprise, publique ou privée, cette méfiance peut constituer le point de départ d’une réflexion. Inévitablement, les jeunes générations se frotteront aux institutions, que ce soit comme employé, comme consommateur ou comme électeur. C’est à ce moment qu’elles devront leur faire comprendre que c’est en investissant dans ces grandes structures qu’ils pourront améliorer leur monde en lequel ils n’ont pas vraiment confiance. Les jeunes citoyens de 2022 veulent améliorer leur condition et leur monde, mais ils craignent l’avenir et ne savent pas par où commencer.


À propos de l’étude Jeunesse

L’étude Jeunesse imaginée par Léger en est déjà à sa 4e édition. Jeunesse, qui étudie deux jeunes générations, soit les milléniaux, âgés de 26 à 40 ans, et les membres de la génération Z, âgés de 13 à 25 ans, nous permet d’analyser en profondeur les comportements et les valeurs des jeunes à l’aube de l’année 2022. Cette édition tente de répondre à la question : être un jeune en 2022, ça veut dire quoi? Pour ce faire, nous avons analysé ce que veut dire être un jeune citoyen, un jeune travailleur et un jeune consommateur en 2022.

LISEZ NOS AUTRES ARTICLES

Les milléniaux, la génération Z et la pénurie de main-d’œuvre : la flexibilité est la clé

Le jeune consommateur : exigeant et efficace

TÉLÉCHARGEZ LE RAPPORT GRATUIT EN REMPLISSANT LE FORMULAIRE CI-DESSOUS. 

Les champs marqués * sont requis. Veillez à désactiver votre bloqueur de publicités avant de télécharger le rapport afin de le consulter avec succès.

Retour aux publications