Indice d’anxiété financière de Centraide (2e vague)

18 avril, 2023

Centraide et Léger ont dévoilé la deuxième vague de leur indice d’anxiété financière chez les Québécois, permettant ainsi de mesurer l’évolution du stress économique à travers le temps. Avec un score actuel de 39,1 sur 100, l’anxiété financière est encore relativement faible pour l’ensemble de la population. Toutefois, selon cet indice, 86% des Québécois sont confrontés à l’anxiété financière, bien que celle-ci puisse varier de légère à extrême. 

FAITS SAILLANTS

Les Québécois ressentent de plus en plus d’anxiété financière, comme en témoigne la baisse significative de ceux qui considèrent leur situation financière comme étant «bonne» au cours des six derniers mois. Bien que certains aient vu leurs revenus augmenter, la proportion de personnes ressentant de l’anxiété financière continue d’augmenter, avec 86% de la population éprouvant cette anxiété à divers niveaux, par rapport à 85% en novembre 2022. 

L’alimentation continue d’être la dépense la plus préoccupante des Québécois et ils anticipent que ce poste budgétaire continuera d’augmenter. Néanmoins, le logement représente également une source de préoccupation grandissante dans ce deuxième rapport de l’indice d’anxiété financière. 

La préoccupation à l’égard des dépenses en logement augmente de manière significative parmi plusieurs populations vulnérables. 82 % des nouveaux arrivants, 70 % des chefs de famille monoparentale, 68 % des personnes racisées et 58 % des personnes avec une limitation fonctionnelle attribuent une note de 7 et plus sur 10 à cette préoccupation. C’est également une personne sur cinq (22 %) qui a vécu au moins une situation s’apparentant à de l’insécurité alimentaire au cours des six derniers mois. Cette proportion augmente à près d’une personne sur deux auprès des populations vulnérables : 47 % des nouveaux arrivants, 47 % des chefs de famille monoparentale, 46 % des personnes sans emploi et 45 % de personnes avec une limitation fonctionnelle.  

Malgré cette hausse de la préoccupation à l’égard des dépenses en logement, c’est toujours une personne sur quatre (23 %) qui craint de ne pas être en mesure de payer ses dépenses d’habitation, conclue cette deuxième vague de l’indice d’anxiété financière. 

Bien que les résultats se maintiennent d’une vague à l’autre, c’est toujours un Québécois sur deux qui craint beaucoup (note de 7 et plus sur 10) de subir une grosse dépense imprévue (47 %), ou de ne jamais pouvoir accéder à la propriété (47 %). C’est aussi une personne sur quatre qui ne pense pas être en mesure de rembourser ses dettes (26 %), de payer ses soins de santé (26 %), ses dépenses d’habitation (23 %) ou même ses achats essentiels (23 %). À noter que ces craintes augmentent de manière significative parmi plusieurs des populations vulnérables. 

Le rapport contenant les résultats de la première vague de l’indice d’anxiété financière est disponible ici.

MÉTHODOLOGIE DU SONDAGE 

  • Sondage web réalisé 17 février au 2 mars 2023 auprès de 2104 Québécois, âgés de 18 ans ou plus et pouvant s’exprimer en français ou en anglais. 
  • Il n ’est pas possible de calculer une marge d’erreur sur un échantillon provenant d’un panel. À titre comparatif, la marge d’erreur maximale pour un échantillon de 2104 répondants serait de ± 2,1%, et ce, 19 fois sur 20. 

Publications similaires

Améliorez votre réputation de marque avec Réputation 2024

Les entreprises analysées par notre étude Réputation 2024 peuvent bénéficier d'un rapport complet sur sa réputation de marque. Vous en apprendrez plus sur ce que l'opinion publique pense de votre organisation selon les six piliers de la réputation selon un modèle...

Décodez les finances des nouveaux arrivants

Il est essentiel de comprendre les nouveaux arrivants pour créer un Canada accueillant et bénéficiant de perspectives nouvelles. Une approche efficace consiste à les aider à naviguer dans le monde des finances personnelles canadiennes en leur fournissant des produits...

Obtenez les dernières nouvelles

Façonnez vos stratégies et obtenez les plus récentes statistiques grâce à nos plus récents rapports et nos plus récentes publications.